M'inscrire à la newsletter

41
De quoi les psychanalystes devraient-ils avoir honte ?
sommaire du numéro 41
Automne 2018

Argument

Qu’on le veuille ou non, l’Opinion stigmatise la honte. Indice d’une parole muselée et signe de faiblesse, la honte et son corrélat de culpabilité embarrassent ou inhibent quand, dit-on, la parole doit se libérer. Cette parole qu’on veut éhontée fait feu de tout bois sur la place publique. Elle va du commentaire intempestif au témoignage en passant par la dénonciation. Est-elle alors la Bonne Nouvelle qui annonce l’émancipation exigible de nos sociétés démocratiques ?
Lacan, justement, à rebours de la clameur contemporaine, ne condamnait pas la honte. Il en fit même un éloge appuyé quand, dans L’envers de la psychanalyse, il l’opposait au pire, soit à l’impudence, et espérait que si les gens se pressaient aussi nombreux à son séminaire, c’est qu’il parvenait encore un peu à leur faire honte !
Si, comme l’indique Lacan, la honte relève du trou d’où jaillit le signifiant-maître, il s’agit de mesurer jusqu’à quel point on peut s’en approcher. Il y a la barrière d’un « je n’en veux rien savoir » dont rien n’indique qu’il puisse mener à la docte ignorance. Dès lors les psychanalystes devraient-ils avoir honte dans la mesure où ils n’ont pas à céder sur la honte qu’une psychanalyse découvre ? Et s’ils cèdent sur la honte, alors ils cèdent sur la psychanalyse. Peut-on dire alors qu’ils devraient avoir honte de ne pas avoir honte ?
Contrairement au discours du maître, aussi bien celui du philosophe, qui par l’ontologie fait consister l’être, le discours psychanalytique, tendu vers l’horizon du désêtre, convient plutôt à une « hontologie ». Il convoque donc la honte, et « gratinée » insistera Lacan. Celle-ci concerne autant l’analysant que l’analyste, même si différemment.
Pour l’analysant la honte affleure lorsque la chute des signifiants-maîtres, qui soutenaient ses identifications et l’assurance subjective qu’il prenait de son fantasme, met à découvert sa division. Quant à l’analyste, il n’est guère épargné quand son expérience lui impose d’oublier ce qu’il sait dans chaque nouveau cas, de faire avec « le bruit de fond de ses incertitudes », d’assumer un acte qui mène l’analysant à son horreur de savoir et de soutenir la cause du désir et sa destructibilité qui le voue, à terme, à chuter comme objet après avoir été aimé.

Sommaire

Jean-Marie Jadin
L’effet de honte de l’ontologie

Jean-Pierre Cléro
Réflexions sur un Eclaircissement de Pierre Bayle

Albert Nguyên
Aujourd’hui, humaine la honte

Sylvie Sésé-Léger
J’ai honte d’avoir honte

Stéphane Sanchez
Le réel en soi. De l’ontologie à l’hontologie

Sylvain Maubrun
Vertus de la honte

Catherine Gumuschian
De l’ontologie à l’hontologie, l’écart d’une lettre

Claudie Frangne
Du vide au trait : la racine du signifiant phobique

Jean-Pierre Cléro
Lacan et la langue anglaise

Gérard Guillerault
Lacan : l’appel fait aux femmes

Francis Hofstein
Passe vive

Béatrice Gaillard
Passion de l’ignorance

Jean-Louis Sous
Il a dit : « Gelassenheit ».

Lectures

Guy Le Gaufey
Du sujet en question. A propos de La volonté et l’action, d’Alain de Libera

Séverine Mathelin
A propos de La structure inconsciente de l’angoisse de Jean-Marie Jadin

Dominique Simonney
A propos de Qu’est-ce que rêver ? de Pierre Bruno

Simone Wiener
A propos de L’affaire Freud-Hirschfeld de Gloria Leff