M'inscrire à la newsletter

20
L’exception mélancolique
sommaire du numéro 20
2008
 

Argument

La médecine est aujourd’hui orpheline de la mélancolie. Sous l’influence du biopouvoir, elle a disparu des classifications psychiatriques. Il s’agit pourtant d’un nom qui remonte aux origines de la médecine, qui a suivi son évolution et a permis de distinguer de nombreuses variétés cliniques, tout en maintenant une parenté avec la nostalgie, l’acédie, le spleen, le blues, la saudade…, au gré des langues et des pays. La causalité de la mélancolie a toujours gardé une place à part dans le champ clinique ; Freud, par exemple la situait entre la névrose et la psychose. Place d’exception aussi, par le bord qu’elle n’a cessé de comporter avec les manifestations les plus élevées des arts et des sciences.

Table des matières

Ouverture
Marie-Claude Lambotte
L’objet du mélancolique

Christiane Dostal Dias, Jacques Le Brun, Thierry Longé, Solal Rabinovitch,
L’abandon, l’autre nom de la mélancolie freudienne

Patricia Janody
Qu’est-ce qui se perd en psychiatrie ?

Marie-Jean Sauret
Mélancolie et lien social

Francis Hofstein
Blues en mineur

Marie Blaise
“Quelque chose d’autre” : réflexions sur mélancolie et autorité en littérature

Jacqueline Pigeot
Une figure de la mélancolie au Japon : la femme qui attend

ALIQUANTE

Paolo Universo
La ballade de l’ancien asile

Pierrick Brient
De Flieβ à Jung, le transfert

Simone Wiener
En quête de rien ? Quelques réflexions sur l’anorexie à l’adolescence

André Meynard
Parler avec les mains, entendre avec les yeux…

Bertrand F. Gérard
Kondi les né-trouvés

RÉCRÉATION

Vincent Clavurier
Les mots cachés de la psychanalyse. 4è série

Léo Dubal, avec la collaboration de Yuan Xiaoxué
En chinois dans le rêve

LECTURES

Annie Tardits
Position(s) de Fernand Deligny. A propos du livre : Fernand Deligny. Œuvres

Commander ce numéro